Expatrié (Aubert)


Je joue sur une guitare désaccordée

À l’autre bout du monde, un peu essoufflé

C’est vrai, j’ai l’habitude de me contorsionner

Toujours entre deux eaux, comme une destinée

Mais comment supporter tous ces éclats de verre

Quand ils sont balancés par ceux qui se disent des frères

 

Je décide où je vais, même quand c’est en arrière

On a beau vouloir la paix, des fois on est en guerre

Des journées en enfer, tout le monde en a connu

La vie nous mord la tête, souvent on l’a voulu

Mais les grands vents calmés, on peut mieux apprécier

Chacun des petits moments dans leur immensité

 

J’ai essayé mille visages, j’ai même dû m’exiler

Pour arrêter dans ma vie d’être un expatrié

 

J’avance à ma manière, certaines pages un peu sombres

Nos livres sont remplis de victoires et d’ombres

À chacun ses combats, pour tous les mêmes lois

Qu’on vive de son champ ou qu’on soit nommé roi

Une seule maison pour tout un univers

C’est avant tout dans nos têtes qu’on franchit les barrières

 

J’ai essayé mille visages, j’ai même dû m’exiler

Pour arrêter dans ma vie d’être un expatrié

Un expatrié, un expatrié…


Comments